UBER, en France et ailleurs

UBER, en France et ailleurs

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Chers lecteurs,

Nous inaugurons aujourd’hui la catégorie « divers » qui regroupera tout ce qui ressort de l’actualité et de la culture, et qui a bien sûr un rapport avec le voyage. Comme je vous le disais dans l’article Week-end à Rome  , je souhaite depuis quelques temps parler de moyens de transports sans lesquels nous n’aurions jamais pu voyager comme nous le souhaitons et le faisons aujourd’hui.

Commençons d’abord par Uber, dont j’ai encore profité récemment. L’ayant testé un peu partout (entre autres : Lille, Marseille, Amsterdam, Rome …),  j’ai aujourd’hui a priori assez d’éléments pour livrer un avis plutôt objectif de ce service.

Je ne rentrerai pas dans le débat enflammé qui oppose les chauffeurs de taxis, le gouvernement et la compagnie américaine, car les différentes parties ont leurs raisons très valables et l’on peut défendre l’une comme l’autre. Alors plutôt que d’alimenter la polémique, je vous livre juste mon avis d’utilisatrice, puisque ce qui nous intéresse, nous consommateurs, c’est plutôt le service apporté et ses avantages et inconvénients.

Simplicité et rapidité

Voilà déjà le premier argument, et pas des moindres. Il nous est tous arrivé d’avoir besoin d’une voiture, de jour ou de nuit, pour rentrer chez nous (soirée arrosée, travail de nuit, imprévu, etc.).

Avant Uber, on appelait des numéros surtaxés, des compagnies de taxis, on patientait au téléphone qu’on nous trouve un véhicule, et on attendait…longtemps... jusqu’à ce qu’un taxi arrive enfin, si on était chanceux.

Depuis Uber, les choses ont changé, de façon… révolutionnaire. On allume l’application, le GPS repère l’endroit où nous nous trouvons, et propose une voiture avec son délai d’arrivée, tout cela instantanément. La seule attente est celle du délai d’arrivée de la voiture, qui dans le centre d’une grande ville est généralement compris entre 1 et 5 minutes, pas plus.

Exemple: ici, chez moi, dans une commune de la Métropole Lilloise (donc pas en centre ville), on me propose un chauffeur dans 7 minutes. Si ça me convient, je clique sur « commander ici », et c’est tout.

uber-commande
uber-commande

Tarifs attractifs

C’est là que ça devient intéressant. D’abord, avant de commander sa première course Uber, on peut se faire parrainer (et on a tout intérêt à le faire!), comme nous l’avons fait avec mon compagnon et nos amis. Le parrainé obtient alors sa première course gratuite, et le parrain sa prochaine course gratuite.

Il suffit pour la personne qui a déjà utilisé Uber d’aller dans le menu en haut à gauche, de sélectionner « parrainage » et d’envoyer  au nouvel utilisateur  le code fourni par l’application (via un mail ou les réseaux sociaux ).

uber-menu
uber-menu
uber-parrainage
uber-parrainage

Une fois le premier voyage gratuit effectué, vous allez forcément payer vos prochaines courses. Au niveau du tarif, je dirais que c’est 30 à 40% moins cher qu’une course en taxi, généralement parlant (il y a bien sûr quelques variantes selon le pays et la ville). Surtout si c’est la nuit ou que votre trajet est long, privilégiez plutôt Uber à un taxi.

Taxi vs Uber

Pour illustrer ça, voici quelques chiffres : dans les métropoles européennes, un trajet Uber d’une gare routière au centre ville d’environ 20 à 30 minutes coûte environ une quinzaine d’euros maximum, contre minimum 35 euros en taxi. Pour un trajet du centre à l’aéroport de 30 à 40 minutes, il faut compter environ 30 euros en Uber contre 60 en taxi (c’est toujours une moyenne, le prix différant selon le pays).

L’exemple le plus frappant, c’est rentrer chez soi de son travail en pleine nuit. Quand je travaillais au stade Pierre Mauroy de Lille, en 2012, à l’époque encore nommé Le Grand Stade (ndlr : ce que je préférais d’ailleurs, car ça imposait bien plus à l’échelle de la France que le nom d’une personne principalement connue des lillois), en tant que serveuse en loge VIP, je gagnais environ 65 euros la soirée (pour huit heures de travail éreintantes), argent que je perdais aussitôt totalement dans la course-retour en taxi , trajet moyen au tarif important et majoration de nuit faisant  (Villeneuve d’ascq/Lomme, environ 20 minutes, deux heures du matin), n’ayant pas de voiture ni le permis de conduire.
Ce job ne me rapportant pas grand chose (uniquement lors des matchs en journée), vous imaginez bien pourquoi je ne l’ai pas gardé!

Si Uber avait été là en 2012, mes trajets de nuit m’auraient coûté 20 euros environ (prix actuel d’une course Villeneuve d’Ascq/Lomme : entre 11 et 17 euros le jour, et 16 et 21 euros la nuit), et ma soirée de travail m’aurait rapporté 45 euros.

La différence entre les prix taxi et Uber commence dès la prise en charge du client dans le véhicule. Le prix de celle-ci dépend du trajet du chauffeur et des contraintes pour vous rejoindre, et les tarifs doublent pour la prise en charge en taxi.
La comparaison de prix s’accentue ensuite sur le trajet puisque le kilométrage est aussi facturé plus cher dans un taxi (tarifs fixés par la loi), c’est pourquoi plus le trajet est long, plus la différence entre les prix Uber et les prix taxis se fait ressentir.

Pour mieux illustrer les différences entre Uber et les taxis, voici une petite infographie humoristique publiée par le Journal du Buzz.

Bref, comme vous pouvez le voir, les tarifs sont vraiment intéressants. Le seul bémol est que l’on ne connait pas le tarif à l’avance, et que c’est seulement lorsque l’on a commandé (et donc payé, puisque l’application assimile vos informations bancaires avant de vous permettre de l’utiliser) que l’on voit le montant de la course. Heureusement donc que celui-ci vous surprend agréablement!

Qualité de service

C’est aussi un argument indéniable et un gros point fort pour l’américain : la qualité. Celle-ci passe d’abord par une présentation irréprochable : la voiture est une berline impeccable, confortable, silencieuse, et pourvue de bouteilles d’eau individuelles ; le chauffeur est un homme propre, apprêté, en costume, souriant, aimable et agréable.

Chaque chauffeur avec qui nous avons expérimenté Uber était véritablement très plaisant, autant par sa serviabilité, sa conversation, et son attitude. Certains même nous ont conseillé pour la suite de notre itinéraire, notre vol, notre chemin, ou les activités à faire sur place.
Et vous ne me contredirez pas là dessus, c’est réellement un bonheur d’être pris en charge comme ça, lorsque l’on a tous en mémoire des souvenirs effroyables en taxi

Vous aussi avez connus des chauffeurs dégoûtants, désagréables voire méprisants et insultants qui vous surtaxent, ne vous déposent pas où vous voulez et vous engueuleraient presque de le déranger ?! Vous aussi êtes montés dans des véhicules à l’aspect douteux, à l’intérieur odorant et/ou sale, avec des sièges déchirés et tâchés, où l’on vous a imposé de la musique forte ou du vent pollué vous frappant de plein fouet par des vitres grandes ouvertes ?!

Eh bien, dans un véhicule Uber, tout ça n’existe pas. C’est une autre dimension, où vous êtes bien installé, au calme, à température parfaite, et où un chauffeur -même à Paris- peut se montrer gentil, sympathique, et arrangeant.

Sans vouloir paraître sortir d’une publicité qui sonne faux, chaque voyage Uber a été pour moi un plaisir. Tout le stress de l’arrivée ou du départ s’évanouissait sur les banquettes en cuir de la voiture, pendant que je regardais une première ou une dernière fois la ville se dérouler sur les vitres, et engageais une conversation passionnante avec le chauffeur.

Rapidité, efficacité et qualité pourraient être les mots d’ordre de l’entreprise de VTC. Voilà pourquoi je vous recommande Uber chez vous ou en voyage, si vous vous retrouvez dans l’impossibilité de prendre un autre transport, ou simplement si vous voulez vous rendre en voiture quelque part. C’est un moyen de transport plaisant et rassurant, à privilégier encore plus si vous êtes pourvu de bagages, perdu, bourré,  stressé, pressé, et fauché.

 

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *