Archives de
Catégorie : My favorite places

Je vous fais découvrir ici des endroits ou monuments qui m’ont séduite, à ma façon : histoire, témoignages, anecdotes, et impressions personnelles.

Refonte totale du blog

Refonte totale du blog

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Chers lecteurs, les aléas de la vie  (travail, famille, etc.) ont fait que je n’ai pas publié d’article depuis longtemps, j’espère que vous me pardonnerez… De plus, après étude approfondie du blogging et moultes réflexions, je me suis aperçue que mon blog allait un peu dans tous les sens et que, même si j’ai envie de vous parler de tout, il fallait se spécialiser. Je n’ai donc pas écrit aussi parce que je devais choisir le thème principal du site.

Je vous présente donc aujourd’hui le nouveau blog, totalement revu, version 2.0 ! Celui-ci sera axé sur les voyages et les endroits à découvrir. Je vous ferai partager mes impressions générales et personnelles, et aussi des bons plans pour voyager simple et pas cher, car toutes les destinations magnifiques dont je vous parle vous sont autant accessibles qu’à moi, quels que soient vos moyens.

De nouveaux articles verront bientôt le jour : la dernière partie du séjour à Madère, mais aussi les voyages effectués ces derniers mois : Rome, Montréal, New-York.

Avec du rêve, un peu de temps et de la volonté, vous et moi allons faire le tour du monde. En route !

nouveau thefreequill.com Refonte totale de thefreequill.com

 

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail
Le restaurant Aki, rue Sainte-Anne

Le restaurant Aki, rue Sainte-Anne

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Pour débuter la catégorie sur mes endroits favoris de Paris, j’ai choisi un restaurant du quartier japonais. Vous me direz : pourquoi choisir un endroit qui n’a rien de spécialement parisien ? D’abord, si j’étais là pour parler de la Tour Eiffel ou de l’Arc de Triomphe, vous le sauriez ! Nous connaissons tous ces grands monuments et leur histoire, et il y a probablement des milliers de blogs à en parler. Non, ici, je cherche à faire sortir de l’ombre certains endroits moins évidents, plus reclus, plus connus des autochtones.

De plus, Paris est la seule ville européenne avec Düsseldorf (Allemagne) à avoir une réelle «japantown». En quelques secondes, l’on se retrouve totalement immergé dans la culture nippone, et on ne sait même plus que l’on est à Paris. C’est la seule occasion que vous aurez d’aller au Japon sans y aller. Et c’est aussi ce que j’aime dans cette ville : les communautés, les mini-villes dans la ville, la diversité, le dépaysement complet à certains coins de rue.

Vivant à Lille, je vais régulièrement à Paris depuis mes dix ans, et je m’efforce à chaque séjour de repérer de nouvelles (ou inconnues) promenades.
L’année dernière, lors d’un week-end à Paris, une amie m’a justement fait découvrir un bout du quartier japonais et coréen de Paris : la rue Sainte-Anne, et ses restaurants.

L’histoire du Little Tokyo

Ce quartier est né dans les années 1960 avec les premières entreprises nippones, suivies des premiers restaurants japonais de Paris. Il s’est développé dans les années 1990, dans le quartier de l’Opéra, et tout particulièrement autour du carrefour de la rue Sainte-Anne et des Petits-Champs, avec également des commerces japonais (épiceries, agence de voyage, coiffeur, boulangerie,…) et la culture nippone qui vous est accessible (librairies, cours de cuisine, cours d’Ikebana –art floral-, karaokés,…).
La rue Sainte-Anne, longue de 400 mètres, compte à elle seule plus de vingt restaurants, et c’est là que vous aurez le plus de chances de goûter à l’authentique cuisine japonaise. Si le restaurant où vous allez est fréquenté par les japonais et les employés des autres restaurants du coin, c’est très bon signe et promet de la qualité.

Aki, spécialiste des okonomiyaki

Arrêtons-nous au n°11 bis de la rue Sainte-Anne, car c’est là que j’ai été émerveillée. C’est là que j’ai découvert, avec des yeux aussi ronds que ceux des personnages de mangas, de la nourriture qui bougeait dans mon assiette !

sangoku surpris
sangoku surpris

En effet, Aki est un restaurant très réputé pour son okonomiyaki, son omelette japonaise (sorte de crêpe à base d’œufs, de légumes émincés, et agrémentée de porc, de poisson ou de fruits de mer).
Mais le plus étonnant, c’est que sur les plats, l’omelette mais aussi les nouilles, il y a des choses qui se mouvent….

Voyant des petits filaments transparents qui dansaient sur mon plat, je me suis d’abord demandé si j’hallucinais… Puis si c’était des petits êtres vivants…. Après m’être creusé la cervelle un petit moment, j’ai dû demander à mon amie : c’est du poisson séché. Et celui-ci est coupé en copeaux très fins et secs, qui bougent grâce à la chaleur et à la vapeur s’échappant de la nourriture en dessous.

Il n’y a donc rien de magique dans ce phénomène. Néanmoins, à chaque fois que j’y vais manger et que je vois danser le poisson devant moi, ça me fait toujours le même effet !

Et les autres, qu’en pensent-ils ?

Ils sont nombreux à recommander la cuisine de chez Aki, autant l’okonomiyaki que le reste, notamment les nouilles et le curry. L’accueil est sympathique (on ne peut malheureusement pas en dire autant de tous les restaurants de la rue tenus par des japonais), le service rapide et agréable, il y a du choix, des menus bien conçus, des petits prix, et la cuisine est délicieuse.

Même s’il y a du monde, ce qui arrive régulièrement, on ne vous fait pas attendre dehors. Vous pouvez même être placé au comptoir, face au cuistot, et avoir alors le plaisir de le voir à l’œuvre.

Puisque c’est un des meilleurs, les critiques élogieuses pleuvent sur ce restaurant, voyez ici les avis. Pour moi, c’est le jap des jap, et j’y retournerai à ma prochaine visite, avec le même plaisir et le même appétit. Et vous ?

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail
Le théâtre Sébastopol à Lille

Le théâtre Sébastopol à Lille

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

J’ai choisi tout particulièrement le théâtre Sébastopol pour entamer cette catégorie, car je viens justement d’y vivre une expérience unique.

J’ai toujours connu et aimé cette salle en tant que spectatrice, mais j’ai récemment eu l’opportunité de la découvrir de l’autre côté du rideau, avec les frissons de l’artiste sur le point de fouler ses planches. Ayant vu maintenant l’envers et l’endroit du décor, je peux faire part d’une impression complète de ce lieu si atypique.

Mais penchons-nous d’abord sur son histoire, plutôt atypique elle aussi.

L’histoire du Sébastopol

L’Opéra de Lille ayant brûlé au début du XXème siècle, l’architecte Léonce Hainez fut chargé de construire un théâtre provisoire en 100 jours, soit un peu plus de trois mois !

 

 

102 jours, soit trois mois plus tard, le 30 novembre 1903, le théâtre Sébastopol (qui ne portait pas encore ce nom) naissait sur cette jolie petite place vide, (destinée à l’origine à accueillir une halle au lin) et fut inauguré par Gustave Delory, maire de Lille à l’époque.

La fondation de ce théâtre était donc un projet venant de la municipalité, et non d’une compagnie privée d’artistes, comme c’était souvent le cas à l’époque.

La façade extérieure et ses escaliers rappellent un décor de théâtre, et la salle est prête à accueillir 2000 personnes. Des travaux furent effectués en 1998 pour mettre celle-ci en conformité et le théâtre compte à présent 1 350 places.

La salle intimiste et agréable, dirigée par Guy Merseguerra (Vérone Productions) depuis 2006,  permet de découvrir autrement des artistes, notamment lors de concerts acoustiques. De plus, sa programmation est très éclectique : pièces de théâtre, opérettes, spectacles (danse, comédie, variétés, etc.), concerts, …

Les atouts du Sébastopol

Côté spectateur, le proscenium (avant-scène), la profondeur de la scène, l’ambiance de la salle, la configuration des balcons (du poulailler) et des fauteuils rouges très confortables offrent au spectateur une excellente acoustique, une bonne vision de n’importe où, et une convivialité particulière.

Tout dans sa décoration invite au rêve et au voyage artistique, des vitraux aux couleurs des peintures et tissus, en passant par ses faïences, et surtout son lustre aux étoiles, qui est, je l’avoue, mon objet préféré, et sous lequel j’ai ressenti moi-même des étoiles…

sebastopol-lustre-etoiles
Le lustre aux étoiles du Sébastopol

Entrée des artistes…

Côté artiste justement, commençons par les loges. Spacieuses, propres, modernes, équipées de vrais grands miroirs éclairés bien sûr, mais aussi de douches et lavabos, et surtout de chaises et même d’un lit, dans certaines ! Je dois dire que c’est rare d’avoir de si belles loges ! Par un concours du destin, mes amies danseuses et moi nous sommes vues attribuer la loge la plus haute, sous les toits du théâtre. Cette loge ornée de petites fenêtres offrant la vue sur la place Sébastopol me donnait l’impression d’être la plus haute salle de la plus haute tour de quelque château enchanté de conte de fées, et cela valait bien les innombrables escaliers à monter et à descendre entre les répétitions !

L’arrière-scène étant un peu étroite (surtout si l’on est nombreux), la scène offre, quant à elle, une vraie aise de mouvement grâce à sa profondeur.

Et si les lumières sont bien travaillées, vous voyez les spectateurs au loin, sans en être effrayée, déconcentrée ou déconcertée. Vous vous retrouvez  alors entourée d’un halo de lumière et d’applaudissements, et expérimentez sous le lustre aux étoiles, un bonheur immense et inédit, quelques larmes d’émotions, et ensuite un souvenir inoubliable et impérissable.

Qualité d’architecture, de programmation, de confort et de technique, voilà les nombreux ingrédients du succès de ce théâtre à l’origine provisoire, et qui un siècle après, bat toujours son plein et continue de faire vivre la magie du spectacle.

theatre-sebastopol
théâtre Sébastopol

Et les autres, qu’en pensent-ils ?

Le charme de ce théâtre opère autant sur les lillois que sur les visiteurs de passage, puisque cette salle devenue mythique est très prisée, et toujours pleine. Quelques avis ici ou … Mais vous, l’avez-vous expérimentée, d’un côté ou de l’autre ? Et quelle empreinte a-t-elle laissé sur vous et votre vie ?

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail