Week-end à Rome

Week-end à Rome

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Chers lecteurs, vous ne le savez peut-être pas, mais je ne suis pas seulement bloggeuse et rédactrice web. Pour subvenir à mes besoins, je me vois régulièrement obligée de faire des missions intérimaires, dans des domaines divers et variés.

Celles-ci sont en général frustrantes et éprouvantes, me réduisant à l’état d’esclave/bouc émissaire, et me laissant à la fin complètement lessivée, avec un énorme besoin de changer d’air.

Ma dernière mission de téléopératrice d’un Service Clients FAI ne fut pas exception, et au mois de mars dernier, toujours au téléphone en train de me faire hurler dessus et insulter par un énième client, j’ai décidé de faire un break et de m’offrir une parenthèse pour tenir le reste de la mission.

J’ai donc cassé ma maigre tirelire pour nous offrir à Chéri et moi-même un week-end de quatre jours. Congé sans solde, pas d’argent, peu de temps, peu importe !
J’ai choisi pour ces vacances express une capitale européenne que je rêvais de visiter depuis longtemps : Rome !

Rome, Italie
Rome, Italie

Qui dit maigre tirelire dit automatiquement économies dans les transports et l’hébergement. Pour ça, j’avais plusieurs alliés que je connaissais bien : Bla Bla Car, bus et cars, Ryanair, Uber et Air B&B. Je développerai d’ailleurs le sujet ultérieurement car toutes ces marques qui soulèvent le débat sont devenues mes meilleurs amies.

Cette fois, c’était Flibco, Ryanair, Uber et Air B&B qui nous ont permis de nous offrir encore une fois ce qui n’a pas de prix… pour un prix global de moins de 450 euros pour deux. 450 € pour 4 jours à Rome comprenant : moins de 100 € d’avion en RyanAir, moins de 40 € de bus Flibco (Lille-Bruxelles et Bruxelles-Lille), moins de 30€ de Uber (aéroport-hébergement et hébergement-aéroport), le plus cher restant l’hébergement à environ 230 euros pour trois nuits en Air B&B.

Ayant passé quelques nuits dans des métropoles ou capitales européennes, je sais maintenant que ce n’est pas excessif : les Air B&B en plein centre ville de capitales tournent autour de 100 euros la nuit, selon la superficie et le nombre de personnes, et c’est toujours moins cher qu’un hôtel.

Dans ce cas de figure, je ne sais pas si j’aurais trouvé un hôtel correct en centre ville de Rome au même prix, soit 76 euros la nuit, mais en tout cas il n’aurait pas été aussi charmant. Cet appartement à deux pas du Panthéon m’a en fait directement séduite par son côté très italien et très romanesque. En effet, la littéraire en moi fut émue par la décoration inspirée de l’Enfer de Dante et l’a choisi sur un coup de coeur.

Dante's Hell Roma
Dante’s Hell Roma
Dante's Hell Roma
Dante’s Hell Roma

Juste avant de partir, Etienne Daho chantait en boucle dans ma tête « week end à Rome » comme un leitmotiv tandis que je rassemblais en masse tout ce que je pouvais trouver sur les blogs de voyages.

En quatre jours, il nous fallait sélectionner ce que l’on voulait vraiment faire et planifier au mieux pour en voir le plus possible, sans que ça en devienne un marathon.
Parmi les incontournables : le Colisée, le Panthéon, le forum Romain et le Palatin, Le Vatican et la Basilique Saint-Pierre (avec la chapelle Sixtine), la fontaine de Trevi, la Piazza de España, la Piazza Navona, la Villa Borghèse, Via del Corso, Ponte Sant’Angelo, la Bocca de la Verita. Il y avait apparemment beaucoup de places, de ponts et de fontaines à voir.
Et même si nous n’allions pas voir tout cela, nous allions justement découvrir que Rome recèle de trésors à tous les coins de rues, et nous allions en prendre plein les yeux de toute façon.

Les trésors de Rome
Les trésors de Rome

Autre détail : bien que rêvant d’être polyglotte, je ne parle en fait réellement que trois langues : le français, l’anglais et l’espagnol. J’avais déjà baragouiné quelques mots d’italien, mais étant d’origine espagnole et donc habituée à cette langue depuis toujours, je suis incapable de parler ces deux langues latines, sauf en les mélangeant complètement, ce qui donne un italo-espagnol plutôt foireux.

J’ai donc pris soin aussi d’imprimer quelques mots et phrases d’usage, histoire de se faire comprendre un minimum sur place. Pour aller en Italie, voici donc votre inventaire linguistique de survie :

  • «Buongiorno/Buonasera/Arrivederci/Ciao/Scusi»(Bonjour/Bonsoir/Au Revoir/Salut/Pardon),
  • « Potresti aiutarmi ? »(Pouvez-vous m’aider ?),
  • « Per favore/Grazie mille/Prego »(S’il vous plaît/Merci/De rien),
  • « Prendo cuesto », « Vorrei…per favore »(Je prendrai ceci), (Je voudrais …SVP),
  • « Il Conto », « Une tavola per due persone »(L’addition), (Une table pour deux),
  • « Cunto costa ?», « Pouo indicarmi come si va a …. »(Combien coûte), (Pouvez-vous m’indiquer comment aller à…),
  • « Un biglieto »(Un billet),
  • et surtout … « C’è un accesso internet ? »(Y a-t-il un accès internet ?).

 

Nous étions prêts pour Rome ! La suite dans la partie 2, la semaine prochaine…

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail

Une réaction au sujet de « Week-end à Rome »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *